Abondance ou Ego ? Remettre de la fluidité dans son rapport à l’argent

Sur la toile du développement personnel, je vois le terme “abondance” fleurir ça et là, de plus en plus. Personnellement, je m’intéresse depuis de nombreuses années, à mon rapport à l’argent et encore plus, depuis que je suis entrepreneure.

Le concept d’abondance a pour moi la fonction de libérer le mouvement et la fluidité, notamment à propos de “l’argent”. En effet, l’argent est souvent associé à une absence ou à une trop grande fluidité.

Ne dit-on pas de quelqu’un qu’il peut être “grippe-sous” ? Aggrippé à son argent ? Ou au contraire, il sera “panier perçé” ?

Alors, comment créer une circulation équilibrée de cet argent, et surtout de notre relation avec lui ?

L’argent divise souvent, enfin surtout le rapport à l’argent. Les personnes qui recherchent l’argent, et souvent le pouvoir que leur procure cet argent, et par opposition, celles qui vont se méfier de l’argent et du pouvoir qui l’entoure, préférant en rester loin. Du pouvoir, et aussi de l’argent par la même occasion.

L’abondance, et tous les coachings autour de cette thématique ont amené un autre discours. Distinguer l’argent et le pouvoir, redonner de la valeur à ceux qui ne s’en donnaient pas. Christian Junod avec son livre “ce que l’argent dit de vous” est venu mettre le doigt sur le rapport à l’argent, dépassant largement la situation de son compte en banque.

Effectivement, les professionnels de la relation d’aide notamment, ont pris la mesure de la valeur de leur travail. Il devient moins tabou de dire que l’on veut gagner de l’argent en somme, dans toutes les sphères professionnelles.

J’observe alors souvent que le concept d’abondance est réduit au salaire, ou aux possessions matérielles alors qu’il le dépasse largement. Je vois fleurir partout des demandes ou des rêves de salaires mirobolants.

Effectivement, l’apprentissage se fait souvent, en passant d’un extrême à l’autre, avant de revenir à un équilibre.

Vous rêvez de gagner un salaire important, oui, mais pour quoi ?

Enfermé dans notre emploi salarié temps plein, effectivement nous gagnons un salaire, donc nous dépensons ce salaire. Vous êtes vous déjà demandé quelle était la part de vos dépenses qui correspondait à compenser ? Compenser le manque de temps, pour nous, pour notre famille, pour cuisiner, ou pour faire ce que nous avons à faire…

Pour moi, le message de l’abondance n’est pas celui qui se retrouve parfois dévoyée sur la toile.

Le message de l’abondance est “tout est en place, il y a suffisamment sur terre pour répondre à tes besoins”. Mais pas à tes besoins de pouvoir, pas à tes besoins de reconnaissance, qui passent par l’argent. Pas  à ton besoin de stocker par peur de manquer, pas à ton besoin de prendre pour impressionner les autres, pas à ton besoin d’argent pour avoir l’impression d’avoir réussi ta vie.

Quand je définis ce qui pour moi est important, ce n’est pas forcément l’argent qui me permettra de l’obtenir.

Si j’ai besoin de temps pour moi, si j’ai besoin de détente, ce n’est pas l’argent qui me permettra de l’obtenir. Je peux donc courir toute ma vie après le salaire qui me permettra d’avoir la vie de rêve et ne jamais l’atteindre. Comme ces milliardaires dont nous parle Christian Junod qui vivent toujours avec la peur de manquer !

Alors, je crois qu’abondance et sobriété heureuse sont parfaitement compatibles, à la fois pour nous, et pour la vie de la planète.

L’abondance, pour moi, n’est pas de pouvoir tout acheter, c’est de pouvoir subvenir à mes besoins importants, ce qui est bon pour moi et important pour ma vie. C’est de pouvoir ajouter à cela, des petits plaisirs que je savoure comme un luxe.

Mais avant de changer mon rapport à l’argent ou à l’abondance, j’ai tout intérêt à changer mon rapport à la consommation, à  définir mon cap et mes valeurs pour faire le tri dans ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Pour moi, ce n’est donc pas de rêver à un salaire mirobolant ou de faire tout pour l’obtenir, qui me permettra de vivre l’abondance dont je rêve.

L’abondance dont je rêve c’est la liberté, des rencontres, des partages, de la confiance, des relations nourrissantes et enrichissantes, du sens, de l’amour, de la créativité, une pleine santé, et de la vitalité. Si à quelque moments que ce soit, je profitais ou abusais de quelqu’un pour l’obtenir, l’abondance n’aurait plus ce goût savoureux. Ce serait juste un concept marketing de plus, pour masquer une volonté de l’Ego, déguisé sous une sorte greenwashing “développement personnel”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *