Contemplations marines et autres réflexions…

Qu’est-ce que j’ai appris après un mois à vivre sur un bateau ?

Bien sûr tout un tas de vocabulaire technique, en français et en anglais, notre capitaine étant irlandais.

Mais j’ai surtout appris toutes les formes que pouvaient prendre la mer (enfin, certaines). Ces mouvements différents, ses ridules, ou son côté parfaitement lisse par moment… Je peux l’observer des heures entières, essayant de comprendre comment je pourrais la peindre.

Chaque jour, je la peindrais différemment, parfois avec des traits, des angles durs, et secs, parfois par de grandes tâches concentriques, parfois de douces ondulations ou encore comme ce soir un mélange de longs traits et de vaguelettes. Je ne vous parle là que de la forme, mais les couleurs qui parent l’océan à chaque moment de la journée sont une véritable palette de couleurs, allant des eaux les plus turquoises au bleu nuit, en passant par le jaune, l’orange ou le rose du soleil levant.

Quel plaisir de pouvoir contempler tout cela, tout simplement. Je serai tentée de dire, en avoir le temps.

Mais c’est bien plus qu’une question de temps. C’est une question d’ouverture du regard, de disponibilité d’esprit, de savoir être encore une fois dans le moment présent. Et même si dans ces décors paradisiaques, il semble si facile d’être et de savourer le moment présent. Notre mental, enfin mon mental, peut me rattraper bien vite. L’habitude d’être dans le “faire” ne se perd pas si facilement. Aller au-delà de quelques semaines de vacances, amène d’autres questions autour de l’oisiveté.

Comment “être” et ne plus simplement “faire” ? Et ce, au-delà d’un temps de repos et de “vacances” ..

Comme dit notre capitaine, il ne s’agit pas là de vacances mais d’un “way of life”. Moi qui suis passionnée par mon travail et qui aime avoir un rythme dynamique, on va dire, il n’est pas si évident de se couler dans un autre rythme. Dans ce “way of life”, que ces voileux ont choisi pour 2-3 ans voire beaucoup plus pour certains, les heures ne comptent plus, ni les jours, à peine les semaines…Basculer d’un rythme de travail assez intense pour moi, à ce way of life demande une certaine adaptation. Mais au bout d’un mois, je me suis complètement coulée dedans, lecture, écriture, ballade et baignade sont mes seules activités.

Pour ma part, j’ai un “break” quelques mois, comme je le disais dans le précédent article. C’est à la fois long et court. C’est un break que je n’ai jamais eu depuis que je travaille, et j’ai donc envie d’en profiter. Bien sûr, “en profiter” peut recouvrir des réalités différentes. Je pourrais simplement profiter de ne plus du tout regarder l’heure, et de n’avoir aucunement besoin d’optimiser mon emploi du temps…

De chaque expérience, on apprend sur soi, dans le beau, comme dans les limites.

L’autre jour, j’étais en train de faire du snorkelling dans un endroit absolument fabuleux, à regarder des raies léopards juste en dessous de moi…et pourtant au bout de 5 min, c’est le froid qui a pris le dessus, et je ne pensais plus qu’à ça. C’est rageant, d’autant plus que le froid est tout à fait relatif dans cette région du monde, il ne s’agissait à aucun moment d’un froid mettant ma santé en danger. Finalement, à tout on s’adapte, même on meilleur, un peu trop rapidement d’ailleurs.

J’apprends aussi comme dans chaque contexte, et dans chaque expérience, on a vite fait de ne pas mettre en place de quoi répondre à nos besoins, se réfugiant derrière les gens, le lieu, la situation…alors qu’il s’agirait juste d’identifier ses besoins prioritaires et trouver le moyen pour y répondre.

Je me demande régulièrement si je ne fais pas cela est-ce que je le regretterais ? C’est déjà un moyen de savoir ce qui est véritablement important, les “grosses” pierres à poser. Puis ensuite, de devenir un peu plus exigeant, en se demandant qu’est-ce qui ferait que je serai vraiment ravie de ce voyage, de ce temps, de cette période ?

Et vous ? Savez-vous identifier vos besoins ?

Vous demandez-vous régulièrement si vous êtes toujours sur le cap que vous vous êtes fixé ? En accord avec vos forces, dans la direction où vous souhaitez aller ? Que ce soit pour vos vacances, pour quelques mois, ou pour une année ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *