Etre dans l’instant présent, même en mode projet

Un mode projet qui me « pousse vers demain »

Etre dans l’instant présent est certainement un de mes plus beaux cheminements, et encore une montagne à gravir.

Un sujet d’inspiration récurrent chez moi, vous pourrez retrouver par ici des articles sur le sujet :

Ce que j’aimerais partager avec vous aujourd’hui, c’est le paradoxe de « devenir capitaine ». Chercher à devenir capitaine, se fixer des objectifs, fonctionner en mode projet me pousse irrémédiablement vers demain. Ce demain, qui pourtant, je le sais, n’existera peut-être jamais. Pourtant, je l’imagine toujours meilleur. Ou je m’imagine que demain, quand j’aurais fait ceci ou cela, que je serais comme ceci ou comme cela je serais mieux, meilleure, je me sentirais plus heureuse.

Oui, malgré cette intention et cette attention grandissante à l’instant présent, à écouter mon corps, mes émotions ou à contempler un coucher de soleil, je reste dans la roue du hamster. Il me faut toujours FAIRE, ceci ou cela, et rapidement pour avancer rapidement dans mes objectifs.

L’objectif du vrai navigateur n’est pourtant jamais le port. Il est dans la saveur de la navigation, de la communion avec la nature, dans le chemin extérieur, mais surtout intérieur.

ETRE dans l’instant présent , tout simplement ?

En ce moment, tout me ramène à la quête du geste juste, de la présence dans le faire. Ne plus faire pour faire. Mais ETRE . Ne pas attendre d’avoir atteint un état pour être. Etre tout simplement là et maintenant, quelle que soit la situation.

L’objectif doit être regardé de temps en temps pour vérifier le cap, mais avant tout, il faut naviguer avec nos sens en éveil. La destination n’est peut-être qu’une excuse pour nous donner l’occasion de vivre des expériences différentes. Si nous nous oublions dans nos objectifs, alors sans cesse, nous serons reconfrontés aux mêmes difficultés. Si je n’arrive pas à vivre le moment présent, je n’y arriverai pas beaucoup plus en haut du montage ou face à un paysage à couper le souffle. Je peux le croire, je peux l’espérer, mais je sais que je me leurre.

Chaque jour, dans chaque situation, je dois sans cesse à me reconnecter à ce moment présent. Chaque jour,  regarder la chance que j’ai eue de vivre ces expériences, de vivre ces petits bonheurs, ou d’avoir su surmonter des difficultés et des tempêtes.

Jour après jour, apprendre à cueillir le moment présent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *