Faire un choix conscient

S’il y a quelque chose qui me semble fondamental pour être capitaine de son navire, c’est le fait de faire des choix, des choix conscients.

Lorsqu’un capitaine de bateau, voit une tempête arriver, il ne peut pas se dire qu’il n’a pas le choix. Il ne peut pas continuer à regarder uniquement le côté où le ciel est bleu. Son équipage compte sur lui, pour faire le meilleur choix.

Il y a une part où il doit affronter la réalité, prendre de l’information pour avoir le maximum d’informations objectives. Mais cela ne suffira certainement pas. Si toutes les informations objectives donnaient la réponse alors le choix ne serait pas si difficile.

Dans notre vie actuelle, nous sommes submergés de choix, tous les jours. Des plus futiles au plus importants : « de quelle marque de yaourt vais-je prendre ? » En passant par, « qu’est-ce que je choisis de mettre de côté dans la montagne de choses à faire ? »  au travail, à la maison, même dans les loisirs….

Tous ces choix nous prennent une énergie, sans que l’on s’en rende forcément compte. Tant d’énergie que nous n’avons plus pour les choix réellement importants de notre vie. Nous finissons par dire alors, « je n’ai pas le choix ».

Et si, nous avons le choix.

Aussi infime soit-il, nous avons toujours le choix.

Nous pouvons toujours décider de comment, nous allons réagir ou vivre une situation.

Etre capitaine, c’est régulièrement s’informer de là où on est. Il ne s’agit pas de le regarder uniquement de son point de vue mais, de croiser les regards, de le confronter à des informations objectives.

Alors, comment faire des choix conscients ?

Se poser, observer la situation, réaliser un bilan. Croiser les informations objectives : les faits, les chiffres. Un chef d’entreprise pourra regarder son chiffre d’affaires, mais il faudra aussi qu’il intègre le nombre de ses jours de congés, le nombre de ses clients ou de ses prospects, le développement ou la fermeture d’une activité. Une personne pourrait regarder les projets qu’elle a concrétisé, ceux qu’elle a mis de côté, le temps passé à ses passions, depuis combien de temps elle n’a pas fait cette activité qui l’a rend heureuse..

Mais faire des choix conscients, c’est faire des choix par rapport à ses valeurs, des choix qui nous portent en direction de notre cap !

Alors dans un deuxième temps, il faudra croiser les regards, avec des informations moins factuelles.

Est-ce que j’ai aimé ce que j’ai fait ?

Est-ce que je me suis sentie bien ou au contraire, stressée, tendue ?

Comment mes proches m’ont perçu pendant cette période ?

Est-ce que ces projets, ces activités, ce temps passé à nourrir mes valeurs, le sens de ma vie ?

Ceci nous permet d’avoir une situation plus nuancée de la réalité. On ne peut réduire notre vie à des chiffres. Comme vous ne direz pas, c’est bien mon enfant a grandi de 3 centimètres, cette année, il a bien grandi ! Ce que vous avez vécu peut changer complètement l’interprétation des chiffres.

Ces informations vont permettre d’argumenter certains choix. Je décide d’arrêter cette activité, car le bilan global, prenant en compte les aspects financiers et l’énergie dépensée, le plaisir pris, elle ne me semble pas assez nourrissante.

Certaines décisions peuvent être prises en conscience lorsque ces 2 regards sont croisés. Ces choix-là sont extrêmement importants, et lorsqu’ils sont pris en conscience, vous savez que c’est le meilleur choix pour vous, au moment où vous le faites.

Malheureusement, faire un choix différent à un autre moment, « revenir sur son choix » comme l’on dit souvent est souvent reproché ou mal vu dans la société. Faire un choix conscient, c’est faire un choix avec les informations que l’on a, l’énergie et les sensations à un moment T.  Si ces données changent vous pourrez faire un choix différent. En posant ces différents éléments de façon claire, vous serez aussi en mesure d’expliquer les tenants et les aboutissants de votre décision. Elle sera plus stable, vous serez plus stable.

Et puis, il y a les autres choix … ???? Il y a toujours des choix où une fois les informations croisées, les émotions, l’énergie, la perception, vous ne voyez pas clairement la route à prendre. Vous voyez ce dont je parle ? Tous ces autres choix …

Ces choix, où il faudra avancer dans l’inconnu, sans savoir si on a pris la bonne décision. On a envie de les rationaliser, ou de les repousser, de ne pas les affronter (« j’ai pas le choix »). Mais au mieux, je les accueille, au mieux, j’accepterai le mouvement de la vie. Plus vite, je me rendrai compte que ce n’était pas le meilleur choix, plus vite, je pourrais réajuster le cap. Parfois, nous nous entêtons juste dans  une direction, par ego, pour montrer que nous avions raison. Est-ce que cela est efficace pour atteindre notre objectif ? Non. Est-ce que cela nous rend heureux ? Non.

Oui, il y a toujours un moment où l’on rencontre un choix, important, où l’on ne peut savoir à ce moment-même, qu’elle sera la meilleure solution.

Alors il n’y a plus qu’une seule chose à écouter : votre coeur. Ce n’est pas que vous ne l’avez pas écouté avant. Vous l’avez pris en compte dans le plaisir, dans l’énergie, dans votre bien-être lié à ce projet, cette activité… mais parfois même si cela vous a fatigué, stressé, vous sentez que votre coeur vous dit d’aller dans cette direction. Cela prendra peut-être du temps, mais cette direction est le cap à prendre.

Attention !

Votre coeur murmure, il faut être prêt à l’entendre.

S’arrêter (un peu plus que 5 min), se poser, laisser les pensées s’apaiser, être pleinement en vous-même, connecté à lui, pour entendre votre coeur murmurer le chemin à prendre.

Ne tardez pas à vous exercer, la vie regorge de choix, mais sélectionnez précieusement là où vous souhaitez faire des choix conscients. La marque du yaourt pourra bien attendre, votre vie non !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *