Navigation : amour et bouderies au fil des flots

Un mois de navigation sur Sassandra

Tranquillement,  le mois de juillet s’est écoulé…au rythme des flots, dans la langueur des navigations ensoleillées, dans le tempo des quarts de nuits ensommeillés.
Bercé par les clapotis, le ronron du moteur, aussi, nous avons dormi, écris, rêvé, discuté, partagé, dégusté, savouré et lu…
Baignée plus souvent dans les mots que dans les flots, des mots tout nouveaux, aussi captivants qu’énervants !
Choquer, tirer, étarquer, barrer, régler, les voiles, les drisses, les écoutes, les amarres…
Comme si malgré les nouveaux instruments high-tech de navigation, la voile ne donne pas si facilement !
Il faut prendre le temps de la découvrir, de l’apprendre,pour la comprendre et arriver à l’aimer…
Alors, après cette deuxième expérience, et un mois de navigation, est-ce que je l’aime ?

Amour et bouderies

Je l’aime un jour et la boude le suivant… De vraies giboulées dans nos relations !

Je l’aime quand elle me préserve, dans  une douce mer d’huile et que, le soleil couchant fond ses nuances chaudes au bleu profond.

Je la boude quand je suis fatiguée des ressauts incessants de la houle, malade de ce roulis qui nous malméne.

Je l’aime quand dans une joyeuse danse, mer, dauphins et voiliers nous reconnecte à cette vie naturelle et sauvage.

Je la boude quand la lenteur de l’avancée me confronte au vide encore si difficile à accepter.

Je l’aime quand elle me permet de me laver et me délasser dans une magnifique crique, seuls…

Je la boude quand le vent souffle si fort qu’il nous rappelle que nous sommes simplement une petite coquille de noix sur l’eau…

Comme tout amour, en somme, il y a des jours avec et des jours sans…

Des jours où je comprends l’appel de la mer, de cette liberté et de cette solitude…
Des jours où cette attirance me semble mystérieuse et obscure, encore si loin de moi…

Mais cette expérience m’aura amenée encore un peu plus loin que je ne le pensais. Une nouvelle expérience venue enrichir ma zone de confort et repoussant un peu plus loin mes limites.

La vie réserve bien des surprises à ceux qui acceptent avec délice et un zeste d’insouciance ses folles invitations…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *