nettoyage de coque bateau

Une histoire de nettoyage

Il y a un mois, je démarrais mes vacances avec une sensation bizarre. Le sentiment d’un besoin profond de nettoyage. Alors c’est ce que j’ai entrepris, une sorte de nettoyage 360 ° : Un nettoyage émotionnel, physique et matériel.

Nettoyage émotionnel

La navigation nous fait vivre plein de météos différentes, plein d’émotions, qui viennent nous laisser des dépôts, et encrasse la coque (algues, coquillages et autres…). Le nettoyage d’une coque n’est pas de tout repos (à ce qu’il paraît). Alors pourquoi attendre que notre nettoyage émotionnel se fasse tout seul ? C’est incroyable comme nous pouvons passer du temps à prendre soin de notre matériel et non, de nous-même.

Un bon entretien émotionnel serait pour moi d’être connecté à ses émotions quotidiennement, et de trouver un moyen de les identifier, les accepter, les vivre, les exprimer. De la peinture, de l’écriture, de la danse, de la musique, du chant, de la méditation, des échanges ou du sport… Mais malgré tout, comme pour votre maison, il faut parfois des gros nettoyages de printemps. Y’a un moment, faut aller gratter la coque !

Cette fois-ci, je suis allée tester un atelier de Sophro-danse (sophrologie et danse), avec la merveilleuse Alexandra Box (je vous recommande !). J’ai entamé ainsi une sorte de peeling émotionnel (je ne me souviens plus le terme sophrologique, mais c’est l’idée). Se débarrasser des peaux mortes, de ce qui n’est plus tout à fait moi, pour partir plus légère vers de nouveaux horizons. Passer par le mouvement, permet d’éloigner le mental, de faire ce nettoyage pas seulement, par les bilans que j’affectionne. Je sais que mon corps a intégré les apprentissages de ces derniers mois, je peux me débarrasser des « déchets ». Pour aller plus profondément dans ce nettoyage, j’ai senti le besoin d’allier le nettoyage physique.

Nettoyage Physique

Alors oui, j’ai repris ma petite habitude du confinement avec un gommage au café, mais ça n’était pas suffisant. J’ai entamé un nettoyage interne : plus d’alcool, des jus, un jeûne intermittent, du yoga…puis un jeûne. Comme je le présente dans ces vidéos (prise de décision et retour du jeûne) j’ai réalisé un jeûne de 64h avec une purge, et une déconnexion. Un nettoyage physique complet pour aller nettoyer émotionnellement, repousser les croyances limitantes… Les deux me semblaient absolument indispensables à allier. Nous nous noyons trop souvent dans la distraction pour oublier ou faire taire nos émotions. La tête dans le guidon, il est tellement plus facile de faire taire les questionnements. Ce nettoyage-là, m’a donné une clarté et une lucidité, et le déclic pour passer à l’action, pour le dernier nettoyage : le nettoyage matériel.

Nettoyage matériel

Le nettoyage matériel, c’était maintenant m’occuper de mon chez-moi. Nettoyer de fond en comble pour finir ces vacances-nettoyage.
Notre maison est toujours un prolongement de nous-même. D’ailleurs, à ce sujet, je vous recommande l’écoute de ce podcast, change ma vie, qui fait le parallèle entre une maison et vos pensées (episode 120, les pièces de ma maison). J’aime faire le ménage quand je ne me l’impose pas, mais que j’ai envie de le faire et que ça me fait du bien. J’écoute généralement des podcasts comme celui de Clothilde, et c’est un moment de nettoyage matériel et personnel qui me fait beaucoup de bien. Trier ses affaires, c’est aussi un peu trier ses pensées. Je suis certainement allée vers le minimalisme pour trier plus facilement mes pensées !

Parfois, il est bon de revenir aux principes des anciens et de prendre le temps de faire son grand ménage de printemps ! Se rappeler les cycles de la vie et des saisons, peut nous guider sur ce que nous avons besoin pour de belles nouvelles pousses… Et vous, quels sont vos moments de nettoyage ? Et depuis quand n’avez-vous pas fait de grand Nettoyage ?

2 commentaires sur “Une histoire de nettoyage”

  1. Pour ma part, mon besoin de nettoyage n’est pas rythmé mais quand ce besoin se fait sentir, il coïncide souvent avec une fin/nouvelle étape dans ma vie perso ou pro. Je me suis rendue compte que je fais de la place pour me préparer à accueillir de nouvelles choses (évènements, rencontres, changements physiques….) et que je ressens comme de la gratitude en re-découvrant certains objets qui m’ont accompagnés à un moment important pour moi. Les souvenirs du genre « Ah c’est la robe que j’ai portée pour mon premier vernissage » ressurgissent. Et les émotions fortes de ce moment m’ont souvent accompagnée par la suite quand j’ai porté cette robe d’ailleurs.

    1. C’est vrai, on ne peut pas le planifier. Mais c’est important d’arriver à lui faire de la place, quand on en ressent le besoin. Du coup, je me planifie du temps disponible que ce soit pour ça ou pour d’autres choses…c’est justement ce que j’étais en train d’écrire dans l’article quand tu me déposais le commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.