Emmanuelle

Avant, j’étais en pilotage automatique – By Emmanuelle

J’ai envie de vous partager ces portraits de personnes que je croise sur ma route, qui devienne capitaine de leur navire.
Emmanuelle, est une de mes anciennes étudiantes. Elle montre que la résilience est un bon moyen pour sortir du « pilotage automatique » et Devenir Capitaine de son Navire. Elle nous partage ses déclics, ses lectures et ses objectifs !

(Oui, oui on a fait l’interview dans une cascade ! Interview et moment de ressourcement partagé !)

Devenir capitaine de son navire, ça veut dire quoi pour toi ?

Être capitaine de son navire pour moi, c’est vraiment devenir acteur de sa vie,  vivre tout simplement, avoir des projets et s’y tenir. Avant, j’étais en pilotage automatique de ma vie.

C'est quoi être en pilotage automatique, pour toi ?

C’est dans le sens où je me laissais vivre, j’avais pas d’objectif. J’arrivais pas à me projeter dans la vie. On va se dire que « c’est chouette, tu vis l’instant présent » Mais non, ce n’est pas ça. Je savais pas quel était le sens de ma vie.  A cause de ça, il y a plein de projets que je rêvais de faire et qui n’ont pas abouti. Par exemple, prendre mon indépendance.  Depuis mes 19 ans, je rêvais de sortir de « chez maman » et ça c’est pas fait …  Et là, j’ai pris mon indépendance le 20 décembre 2020.  

Est-ce que tu penses mieux vivre dans l’instant présent maintenant ?

L’instant présent, c’est quand même assez complexe encore. Mais je prends, de plus en plus conscience, de ce que je veux. Je suis passée par une étape d’introspection, connaître qui je suis, quelles sont mes valeurs, pour pouvoir enfin me projeter. Et ensuite, mettre en place des objectifs pour les atteindre.

Qu'est-ce qu'il y a déclenché le fait de passer de sortir du pilote automatique pour devenir capitaine de ton navire ?

C’est mon cheminement. En fait, ça fait plusieurs années que je suis accompagnée spirituellement. Ca m’a fait grandir. Il y a aussi des lectures.
Et quand je me suis décidée à quitter chez ma mère, tout s’est enclenché. J’ai eu plus de temps pour moi. Il n’ y avait plus les embouteillages pour rentrer chez moi. Après, j’avoue que au début, c’était compliqué. J’avais du temps pour moi, mais je faisais grand-chose. J’étais sur mon Netflix, je procrastinais .J’ai eu un gros échec au niveau amical, j’étais dans le bas, niveau moral.  Mais après les choses se sont remises en place. J’ai rencontré de nouvelles personnes, renouer avec d’autres. Ca m’a permis d’avoir des petites étoiles sur ma route pour me réveiller. 

Quelles sont les 3 lectures que tu recommanderais ?
  • Les 5 blessures de l’âme de Lise Bourbeau
  • La maîtrise de l’Amour de Don Miguel Ruiz
  • Eckart Tolle
Quels sont tes objectifs maintenant ?

Prendre soin de moi et de ma santé, me donner de l’amour.
Lancer Grinnsèl mon projet,  que je suis en train de ruminer, depuis 3 ans déjà ! C’est une mise en réseau de professionnels qui travaillent avec leur créativité, la créativité sous toutes ses formes.  Diffuser le plein potentiel des gens.  A la Réunion, il y a une multitude de talents mais qui sont pas visibles du tout. Ils n’arrivent pas à se connecter aux bonnes personnes. Mon rêve serait de décloisonner le milieu culturel, car l’art,  c’est vraiment créer pour le monde. Et donc partager sa passion, partager toute son énergie au monde ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.