mer

La fin d’une traversée

Reprendre l’écriture sans contrainte. L’écriture, pour le plaisir, l’écriture pour partager. Des émotions. Des réflexions. Des expériences. Sans règle, ni contrainte. Soupir de soulagement.
Il y a une place pour tout. Même si j’ai du mal à trouver la place pour la « création-plaisir » ces derniers mois. Je le sais maintenant, dans ma vie, il n’y a pas la place pour tout, exactement au même moment. Il y a des phases.
Il y a tout juste 6 mois, je décollais de métropole pour un retour précipité à la Réunion. Après une belle célébration de nouvel an, 2022 a démarré brutalement.
Au travers de tous les orages que j’ai pris, j’ai quand même continué à naviguer vers mon cap. Malgré les grains sévères, je me suis relevée pour continuer à avancer. Jour après jour. Savourant les éclaircies pour me redonner du courage.
Après un cyclone covidée, long, dur, j’ai écouté les oiseaux chanter un matin. Ils se remettent à chanter dès que la tempête s’éloigne. Et moi, je me relève.

Si nous comptions le nombre de fois où nous nous sommes relevés ?

C’est ce qui me donne le plus confiance en moi. Les échecs que j’ai vécus, les obstacles que j’ai surmontés, les difficultés traversées, les deuils transcendés. C’est sur cela que je me construis, aussi.
Et il y a tous les soleils : les soleils levants, les couchers de soleil, les mers d’huile qui ressourcent, tous ces moments qui réchauffent le cœur. Rapidement ces rayons de soleil, éloignent les tempêtes, dans notre tête et notre cœur. Chahutée par le roulis, la confiance peut mettre du temps à revenir. Mais ces tempêtes nous ont enseigné qu’il fallait prendre chaque rayon de soleil, chaque bonheur. Peut-être qu’il ne durera pas, alors chérissons le !

Quels sont vos plus grands bonheurs, ceux qui réchauffent votre cœur pour repartir naviguer ?

Et si toutes les tempêtes vécues ces 2 dernières années nous avaient tellement appris ? Tellement appris à replacer l’important dans nos vies. Confrontée aux limites, de temps, de vie, de liberté, comment retrouver notre cap ? Se connecter à son coeur, comme seule boussole, capable de nous guider vers le meilleur. Mon coeur me souffle que le seul Nord à poursuivre est celui de l’Amour, dans toutes ces dimensions (retrouver cela dans « Miss U…ou pas« ). Le soutien entre ami.e.s (il est toujours là mon équipage, « Mes âmies, mon équipage »), l’amour par-delà la mort, l’amour pour ne pas basculer, l’amour pour faire pétiller le quotidien, l’amour qui fait avancer…

Je décolle demain pour clôturer cette traversée, me réchauffer la peau et le cœur auprès de mes proches. Recharger les batteries pour continuer cette formidable traversée…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.